Dojo, rituel, équipement et étiquette

En Aikido, il faut avoir l’esprit de servir la paix dans le monde et non
l’esprit de celui qui veut être fort ou qui s’entraîne dans le seul but de
vaincre. - O’Sensei

https://www.itaf-international.org/shoshin-cdn/images/informations/kohai-03.jpg

Le Dojo est le lieu où, à travers un enseignement et un travail commun, on tend
à trouver "ensemble" , une harmonie intérieure qui fera progresser chacun.

Le Kamiza (place des Kami, divinités familières) se trouve au levant, côté
sacré où régnait la déesse du Soleil. Les Dojo étaient orientés vers l’est. De
nos jour, on a gardé le principe d’un "mur d’honneur", généralement signalé par
le portrait d’O Sensei, où se place l’enseignant.

En théorie, l’entrée se situe en face , côté ouest, du Shimosa où s’installent
les élèves.

Le rituel

Le cérémonial permet d’honorer des "Valeurs Humaines". L’accepter,
c’est reconnaître que le Dojo est un lieu "autre". On retrouve l’étiquette dans
le port des vêtement et l’attitude générale dans l’enceinte du Dojo.

Le côté traditionnel du cérémonial, conservé lors des cours et entrainements,
préserve l’esprit donné par le Fondateur. Son but est de permettre une
recherche individuelle mais aussi de donner des repères et un code, gage
d’unité et d’une rigueur commune au sein de la discipline. Le sentiment de
continuité enrichit l’étude de la voie.

Le Dojo est la base matérielle de la Transmission. L’attitude que l’on y adopte
est l’image de la considération portée à la voie. On s’incline devant la
recherche de ceux qui nous ont précédé et on salue, dans le professeur et les
autres pratiquants, la même recherche que celle que l’on poursuit soi-même.

Le rituel des arts martiaux vient directement des traditions japonaise : il est
indissociable de la notion de dojo, le rejeter, c’est ramener l’art martial au
rang de sport, de simple activité physique dénuée de contexte culturel, c’est
abandonner le do (chemin, recherche) pour ne s’intéresser qu’au __waza*
(technique). Le dojo n’est pas une simple salle d’entraînement où l’on vient
transpirer, c’est le lieu où les pratiquants recherchent ensemble, au travers
d’un enseignement, une harmonie qui fera progresser chacun.

La raison d’être du rituel tient à la spécificité du Dojo, à la nature
particulière de l’Aikido qui, dépourvu de compétition, s’est constitué un cadre
de pratique admis par tous et imposant une attitude correcte, la courtoisie et
la rigeur.

L’équipement

Pour l’entrainement, on porte un keigogi (kimono) blanc, dont on croise toujours le pan
gauche par dessus le droit qu’on soit fille ou garçon.

La ceinture, __obi*, est attachée par un noeud plat,hée par un noeud plat,
les deux extrémités égales, retombant symétriquement.

https://www.itaf-international.org/shoshin-cdn/images/informations/obi-knot.png

Nouer la ceinture Illustration de Nef wikimedia cc-by-sa

Le port des chaussures de ville étant interdit dans le dojo, pour y accéder,
les pratiquants chausseront tongs ou __zoori*. Elle doivent être portés entre lee le
vestiaire et le tapis et rangés en ordre au bord du Tatami.

Les pratiquants utilisent des armes jo, bokken et tanto, qui sont traités avec
le même soin que les tenues, car bien qu’en bois, elles représentent les armes
traditionnelles des __bushi*, instruments de Vie et de Mort. Vie et de Mort.

Les sempai (anciens) portent un
Hakama, noir ou bleu foncé, large pantalon dont le port symbolise les
traditions perpétuées de génération en génération.

L’Aikido étant issu de l’esprit du Bushido, nous devons nous efforcer, dans
notre pratique de polir les 7 vertus traditionnelles.
— O’Sensei

Les 7 plis (5 devant, 2 derrière), du hakama, symbolisent en effet les 7 vertus
du Budo :
Jin - bienveillance, générosité
Gi - honneur, justice
Rei - courtoisie, étiquette
Chi - sagesse, intelligence
Shin - sincérité
Chu - loyauté
Koh - esprit

https://www.itaf-international.org/shoshin-cdn/images/informations/kohai-02.jpg

Etiquette

Les pratiquants doivent être en tenue au moins 5 mn avant l’heure de début des
cours.

Tous les vêtements doivent être propres, nets et en bon état ; respect
élémentaire de soi et des autres.

Tous s’assureront que leurs ongles (mains et pieds) soient propres et coupés
courts.

A la fin des cours, des douches sont à disposition dans chaque vestiaire.

Il est interdit de manger et de boire, fumer dans le dojo.

Pendant les cours, les vestiaires ne sont pas fermés à clef. En cas de vol, le
club ne peut être tenu responsable. Vous avez la possibilité d’emporter vos
vêtements de ville dans votre sac de sport et de ranger celui ci là où vous
indiquera l’enseignant.

Pour des raisons d’hygiéne, pas de circulation à pieds nus en dehors des
tatamis.

Le dojo et le tatami ne sont accessibles aux élèves qu’avec l’accord de
l’enseignant.

Les spectateurs ne sont pas admis pendant les cours, sauf aux périodes de
portes ouvertes dont les dates sont communiquées par voie d’affiche dans le
club.

Saluez debout en montant sur le tatami.

Les cours commencent par une cérémonie formelle, en cas de retard vous devez
attendre à côté du tatami que l’enseignant vous fasse signe.

Ne quittez pas le tatami pendant les cours sauf en cas de blessure ou de
malaise en le signalant à l’enseignant.

Chacun sa place dans la hiérarchie où il progresse. Les anciens, sempai,
donnent le ton par leur dynamisme quand ils servent de uke. Ils veillent à
leur politesse, leur tenue, leur sincérité et leur enthousiasme. C’est à eux de
guider les nouveaux venus, kohai.


Sur le web depuis 2001. V7.0 par F.
Accès Membres