Présentation de l'Aikido

Tai jutsu, la pratique à mains nues

Les techniques à mains nues sont essentiellement des techniques de défense, qui
se terminent par des immobilisations avec des clefs ou des projections.

https://www.itaf-international.org/shoshin-cdn/images/sensei/03-saito-01.jpg

Toutes les techniques mettent en action les mêmes principes, tels que le
développement du travail des hanches, pour acquérir de la puissance sans
utiliser de force musculaire, ou les déplacements circulaires qui permettent
d'aspirer le partenaire.

Ces principes permettent d'appliquer les techniques sur des partenaires beaucoup
plus lourds ou plus musclés que soi.

Les mouvements peuvent se faire lorsque les deux partenaires sont debout (tachi
waza), lorsque les deux partenaires sont assis (suwari waza), ou bien lorsque
uke (l'attaquant) est debout et tori (le défenseur) est assis ( hanmihandachiwaza ).

https://www.itaf-international.org/shoshin-cdn/images/sensei/03-saito-02.jpg

Il y a environ 3 000 techniques de base et chacune d’entre elles a 16
variantes… ainsi il en existe quelques dizaines de milliers. Et selon la
situation, vous en créez de nouvelles. - Morihei Ueshiba

Particulièrement complexe, son utilisation en combat réel nécessite un haut
niveau de pratique. De plus si les techniques restaient basées sur l’académisme
classique, elles étaient adaptées à un style combatif. L’aïkido n’est donc pas
un moyen pour apprendre à se battre mais permet de se préparer autant
physiquement (souplesse, rapidité, musculature), mentalement (rester calme en
toutes circonstances) que techniquement (respecter la distance de sécurité,
trouver l'ouverture, se placer, gérer plusieurs attaques simultanées) à
l'éventualité d'attaques de toutes sortes (et pas seulement des attaques
codifiées).

Bukiwaza, la pratique des armes (ken et jo)

Le fondateur de l'aikido se consacra à l'étude des armes lors de sa retraite
dans le petit village d'Iwama. Son entraînement aux armes avait lieu tous les
matins. Aussi, fort peu d'élèves eurent la chance de les étudier sous sa
direction. Ceci explique la faible importance accordée à la pratique des armes
dans beaucoup de styles d'aikido. D'autres, comme celui d'Iwama, accorde au
contraire à cette pratique une importance égale à celle à mains nues.

La pratique est donc une étude combinée et non dissociée ( riai ) des armes
( bukiwaza ) et des techniques à mains nues ( taijutsu ).

https://www.itaf-international.org/shoshin-cdn/images/sensei/04-bukiwaza-01.jpg

L'aïki-ken et l'aïki-jo s'appuient sur les mêmes principes fondamentaux que les techniques de taijutsu.

Morihiro Saito fit un grand travail de classification et de décomposition des
techniques afin d'en faciliter l'apprentissage. Ceci est particulièrement vrai
pour la pratique des armes, pratique qui ne fut transmise qu'à un nombre
restreint d'élèves, et dans un apprentissage de personne à personne. Morihiro
Saito fixa donc un programme permettant l'enseignement des armes de l'aikido à
des groupes entiers d'élèves, programme faisant encore référence aujourd’hui.

Ainsi l' aikiken se différencie des autres styles d'escrimes japonaises. Le
iaïdo, le kendo, le kenjutsu, ... sont des écoles fondamentalement différentes.

Les armes utilisées en aikido sont le Bokken (ou Ken), le Jo et le Tanto.

Le bokken est un sabre d'entraînement en bois qui remplace le vrai katana.
Ce sabre utilisé est donc différent du shinaï en lame de bambou (kendo) ou du
iaïto (iaïdo). Le bois est généralement du chêne pour obtenir un poids proche du
katana et une résistance suffisante pour travailler avec un partenaire.

Il n'a pas de garde ( tsuba ) et sa pointe est coupée afin d'éviter les
blessures lors des piques.

Le jo est un bâton de 1,28m. Son diamètre dépend de la préférence de chacun
(environ 2,5cm). Il doit être cependant assez résistant pour protéger
efficacement.

Le tanto est un couteau dont la lame mesure une vingtaine de centimètres. Il
est également en bois pour l'entraïnement. Le tanto est essentiellement utilisé
pour l'étude des désarmements.

Les techniques d'armes en aikido englobent plusieurs formes de travail. Les plus
fondamentales :

les 20 suburi de jo les 7 suburi de ken les 5 kumi-tachi les 10 kumi-jo

Les suburi sont des mouvements simples, répétés de nombreuses fois, pour
apprendre à manipuler les armes et acquérir les bonnes formes de corps
essentielles pour le taijutsu.

Les kumi-tachi (avec le ken) et kumi-jo sont des exercices avec
partenaire qui permettent de travailler la précision, les distances ( maai )
et le timing ( awase ). Il existe de nombreuses autres formes de travail
comme le ken-tai-jo (défense au jo contre attaque au ken) ou encore les kata
de jo.

https://www.itaf-international.org/shoshin-cdn/images/sensei/04-bukiwaza-02.gif

Sources

http://fr.wikipedia.org/wiki/Aikido
http://fr.wikipedia.org/wiki/Iwama-ryu
http://www.aikidotakemusu.com/rubrique5.html
http://www.aikidoaus.com.


Sur le web depuis 2001. V7.0 par F.
Accès Membres